Histoire du pari

... ou quand et comment l’homme a-t-il commencé à parier? Depuis la nuit des temps ! 

Selon les historiens, les jeux de hasard existaient déjà dans les temps les plus anciens – de fait, le jeu est aussi vieux que la civilisation.

romaComme l’explique Benjamin Ogden, le fondateur du site Gambling Phd, tout comme le centre du jeu excessif suisse (CJE), les archéologues ont trouvé les premiers objets liés à la pratique des jeux d’argent dans les vestiges laissés par l’Ancienne Babylone (3000 avant J-C), la Chine Ancienne (2300 avant J-C), ainsi qu’en Inde, en Egypte et à Rome. Le blackjack et le poker par exemple trouvent leur source dans les premiers jeux de cartes pratiqués en Chine avec des feuilles de papier.

On peut constater d’ailleurs que les valeurs de nos jeux de cartes actuels sont un héritage du moyen-âge, en Italie et en Espagne, qui illustre les hiérarchies de la Cour du Roi. Ce sont les Français qui plus tard ont introduit la Reine.

De fait, pour les philosophes, jouer avec le hasard ou parier n’est peut-être rien d’autre qu’un entraînement ou une mise à distance de la vie même. Comme le disait Nietzsche, le monde est un jeu divin…

Les différents types de jeux par ordre chronologique

(Selon le Centre du Jeu Excessif le CJE, centre universitaire spécialisé dans le domaine de l’addiction aux jeux de hasard et d’argent.)

« Les jeux de dés sont les jeux les plus anciens, des dés en os et en ivoire ont été retrouvés datant d’il y a plus de 3000 ans.

Les paris hippiques et sportifs ont également une origine très reculée car dès l’Antiquité les courses de chars, l’ancêtre du PMU, étaient très populaires et chaque spectateur affichait l’une des 4 couleurs des équipes ou « factiones ». En outre, les Jeux Olympiques créés vers le VIIIème siècle avant JC furent probablement le premier haut lieu des paris sportifs.

Les loteries, quant à elles, datent des Romains selon le passage sur l’histoire des loteries (Rapport du sénat Les jeux de hasard et d’argent en France). Ces derniers utilisaient le tirage au sort pour attribuer des cadeaux. Le rapport explique que le monde arabe préislamique était aussi adepte des loteries. Ce sont les bataves qui furent les premiers à introduire les « loerij » (loterie en néerlandais) à Bruges. Les loteries se développèrent ensuite en Italie et en France les siècles suivants.

Les premiers casinos dignes de ce nom sont apparus au 17ème, par des groupements de joueurs de cartes et des hôtels voulant proposer de nouveaux espaces de divertissement. Le 20ème siècle les a vus se répandre aux Etats-Unis et c’est Las Vegas qui est aujourd’hui dans l’esprit de beaucoup la capitale mondiale des jeux d’argent. Toutefois, Macao a réussi à la surpasser récemment, du fait notamment qu’il s’agit du seul endroit en Chine où les jeux d’argent sont autorisés.

Le poker daterait du 17ème siècle si l’on fait remonter son origine au jeu Perse appelé le Nas, où le bluff est un élément décisif. Mais c’est évidemment dans les années 1800 que sa version moderne se développe en Nouvelle Orléans sur les bateaux remontant le Mississippi. Durant la guerre civile, les grandes variantes comme le 5 Cards Draw ou le Stud s’établirent. Quant au Hold Em, la variante aujourd’hui reine, elle est apparue dans le Nevada dans les années 1970. A la même époque naissait dans la ville du même nom le Omaha, devenue l’une des variantes les plus célèbres.

Le blackjack date lui plutôt du 18ème siècle, issu d’un mélange du vingt-et-un et du baccarat. Peu populaire au début, les casinos américains l’ont rendu attractif en accordant une grande valeur à la combinaison As-Valet de pique, d’où le nom donné de blackjack (littéralement : valet noir).

Gambling Phd décrit aussi l’histoire de la roulette : Ce sont les Français qui en sont à l’origine au 19ème, et les Américains qui l’ont adapté en créant la roulette à double 0 (la roulette américaine), aujourd’hui l’un des jeux d’argent les plus répandus dans les casinos du monde. C’est le jeu le plus apprécié par ceux qui espèrent s’enrichir grâce aux martingales, même si ces pseudo-méthodes ne fonctionnent guère.

Le Craps semble être l’un des jeux d’argent populaire les plus récents, il a été inventé au 18ème siècle en Angleterre, aujourd’hui plaque tournante mondiale des jeux d’argent.

Les machines à sous apparaissent en 1898. Elles sont inventées par Charles August Fey, qui avaient mis au point quelques prototypes les années précédentes mais qui ne disposait pas encore d’une fonction essentielle : le paiement automatique. Aujourd’hui, il s’agit d’un incontournable et les plus grands casinos en comportent parfois plusieurs milliers ; il en existe d’ailleurs des centaines de modèles différents. »

Le pari sportif

Le Pari sportif à lui seul possède une histoire particulière et très ancienne. Les paris sportifs étaient déjà présents durant l’Antiquité, à la période de la Grèce antique. A cette époque, les Grecs avaient l’habitude de faire des concours sportifs et des compétitions sportives, et ceci plaisait beaucoup. En effet, étaient réputés pour leur amour du sport, et les évènements comme les Jeux Olympiques. La Corinthe et les jeux Delphiques, des divers événements proches des jeux Olympiques, constituaient également de formidables occasions pour le peuple de parier sur les épreuves athlétiques préférées. Pour payer les athlètes, on faisait payer aux visiteurs les entrées par le biais de billetterie et on organisait aussi des paris sportifs, pour rentabiliser l’événement. Les paris sportifs ont pour ainsi dire toujours existé. Les Romains étaient également des parieurs, surtout grâce aux fameux combats de gladiateurs dont les plus anciens datent de 264 av. J.-C. On retrouve de surcroît environ un siècle avant J-C, les compétitions sportives auxquelles s’ajoutent les combats d’animaux sauvages, les courses de chars ou même encore plus cruel, le duel entre des condamnés à mort et des félins, et donc bien sûr les gladiateurs. Ce qui tient plus de la barbarie que du sport, tout comme de nos jours la sanglante corrida qui se pratique encore hélas dans nombre de pays. La civilisation romaine aura apporté une part beaucoup plus importante à l’argent dans ce mode de distraction.

Si l’on continue chronologiquement, au Moyen-Age, les paris dits « sportifs » continuent leur développement durant cette période, avec notamment l’essor de nouvelles pratiques sportives comme le tir à l’arc, ou encore les tournois avec des joutes à l’épée ou à la lance à cheval. Les paris et jeux d’argent se répandent alors dans toute l’Europe, principalement en France et en Angleterre.

Au XVIIème siècle, les parieurs auront l’occasion de se mesurer en duel, armés, se terminant souvent par la mort du perdant, l’aspect monétaire est alors quelque peu égaré au profit d’un enjeu romantique ou d’une question d’honneur.

Au XVIIIème siècle, le mot «handicap» apparaît dans le monde du pari sportif et surtout hippique. Ce mot vient de «hand in cap» (la main dans le chapeau) utilisé quand un objet troqué avait moins de valeur que l’autre et où une somme d’argent était ajoutée pour équité. Les paris sportifs avec un aspect plus monétaires commencent alors à se développer.

Au XIXème siècle c’est l’essor des paris sportifs hippiques. Leur essor est impressionnant et on voit ainsi l’apparition de nombreux hippodromes, où se retrouve la haute société pour parier pour le plaisir, ainsi que des milieux plus pauvres qui espèrent gagner de l’argent.

Au XXème siècle, un peu plus tard, les courses de chevaux gardent leur popularité mais d’autres sports empiètent sur le monopole du monde hippique. Cela s’explique notamment avec l’apparition de la télévision vers 1960, où des événements sportifs sont montrés au grand public. Le pari sportif prend alors de l’ampleur dans le monde entier.

L'ère virtuelle

Le deuxième changement important du XXème siècle est l’apparition d’Internet dans la fin des années 1990, et cette nouvelle aventure démultiplie à l’infini le nombre et les déclinaisons du pari et du jeu en ligne, mais ceci c’est déjà une autre histoire… (voir l'article Les jeux d'argent sur Internet (Martin J. Silverthorne)

 

Pour en savoir plus sur l'Histoire du jeu, nous vous recommandons les articles suivants :

Le Polignac (Jean Boussac, in Encyclopédie des jeux de cartes. Paris, 1896)

Le Pharaon (Jean Boussac, in Encyclopédie des jeux de cartes. Paris, 1896)

La Manille (Jean Boussac, in Encyclopédie des jeux de cartes. Paris, 1896)

Le Bésigue et ses variantes (Jean Boussac, in Encyclopédie des jeux de cartes. Paris, 1896)

Les origines possibles de la roulette (Roulette - Histoire et information - I)

Le poker français (Jean Boussac. Encyclopédie des jeux de cartes. Paris, 1896)

Le Baccara (Jean Boussac. Encyclopédie des jeux de cartes. Paris, 1896)

Le jeu du Coucou (Texte traduit et adapté d'un document issu du site Pagat.com de John McLeod)

La Chouine (Par Bertrand Karnet, d'après les règles de Jacques Proust)